MENU
Écoute en direct
En ondes avec Bob Péloquin
Top succès
Exprimez-vous! Par téléphone Par courriel Sur Facebook
Nouvelles CHOX-CIQI
Actualités

11 May 2022

Mobilisation régionale pour le programme universitaire en médecine vétérinaire à La Pocatière

par Salle des nouvelles

Le 10 mai dernier, la Ville de La Pocatière, en collaboration avec la MRC de Kamouraska, conviait la presse au sujet du futur pavillon de médecine vétérinaire de l’Université du Québec à Rimouski (UQAR).

Malgré la dernière annonce de M. Lamontagne, ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, rapportée par ICI Radio-Canada Bas-Saint-Laurent vendredi dernier, à l’effet que le pavillon de médecine vétérinaire ne serait pas à La Pocatière; le milieu reste mobilisé afin d’avoir une rencontre, dans les meilleurs délais, avec le ministre afin de vérifier si l’option La Pocatière a été considérée pour l’implantation de ce pavillon. La Ville de La Pocatière n’est pas seulement le berceau de la Première école d’agriculture au Canada, elle est également un lieu de savoir et de recherche, particulièrement au niveau agricole et agroalimentaire.

M. Vincent Bérubé, maire de la Ville de La Pocatière affirme que l’option La Pocatière serait un site de choix pour l’implantation de ce pavillon puisqu’en plus d’avoir de l’espace disponible pour l’ajout d’infrastructures physiques, l’institution pourrait profiter de la présence de partenaires extrêmement intéressants et bien implantés dans le milieu, notamment l’institut de technologie agroalimentaire du Québec (ITAQ) et le Cégep de La Pocatière.

« Il faut rencontrer le Ministre pour qu’il entende tout ce que nous avons à lui dire à propos des avantages d’accueillir ce pavillon chez nous », de renchérir M. Sylvain Roy, préfet élu de la MRC de Kamouraska. Finalement, M. André Simard, maire de Saint-Roch-des-Aulnaies, diplômé en médecine vétérinaire et ancien directeur général de l’ITA, considère que l’UQAR possède déjà une expertise reconnue dans le déploiement de l’enseignement universitaire de qualité hors du campus de Rimouski et qu’il est impératif que les petites communautés soient considérées lors de ces « décentralisation » plutôt que de penser d’office aux capitales régionales.

Le milieu entend bien demeurer mobilisé pour que l’option La Pocatière soit discutée et prise en compte pour l’implantation de cette importante infrastructure d’enseignement. La Ville de La Pocatière devrait être un incontournable lorsque l’on discute de haut lieu du savoir-faire agricole.

Retour aux nouvelles

Vous avezune nouvelle?